10/08/2008

SCHEMA DIRECTEUR D'ERPENT

Le Groupe MR s'est exprimé au moins de juin sur le schéma directeur d'Erpent après avoir tenu sa propre réunion de concertation.

Procédure inhabituelle pour une majorité.

Je ne suis pas loin de partager plusieurs remarques émises par les Libéraux.

Le dossier me donne l'occasion de tirer un bilan des premiers mois de gestion de l'aménagement du territoire par M. l’Echevin Gavroy, naviguant en solitaire au sein de cette majorité dite soudée.

Dans ma réponse à la Déclaration de Politique Générale de la majorité, il y a plus d'un an, je m'étonnais que le quartier de Bomel ne soit pas cité par l'Echevin Gavroy comme le premier dossier à finaliser alors que, durant 2 ans, j'avais mené en ma qualité d'échevin, l'élaboration d'un projet de schéma directeur avec l'aide de tout l'associatif du quartier et des services de la Ville.

Qu'à cela ne tienne, constatant son oubli malheureux, l'Echevin Gavroy propose peu après de dépenser quelque 25.000 euros pour refaire ce qu'une concertation/participation avait déjà conçu.

Quelques semaines plus tard, il lançait l'étude du schéma directeur d'Erpent (pour un montant de 50.000 euros) et gelait tous les projets immobiliers !

Fidèle à la conception de la participation Ecolo, il a fait réfléchir "quelques dizaines" de personnes sur le mode d'organisation spatiale à appliquer dans le futur sur le « plateau de Jambes » jusqu'à Naninne.

3 scénarios furent retenus: les mêmes qu'il y a 10 ans à l'époque où j'étais Bourgmestre et Jacques Etienne, Echevin de l'Aménagement.

Lequel fut choisi ? Je vous le donne en mille !

Le 3ème : le « développement en couronne », le même qu'il y a 10 ans.  A la seule différence près, qu'à mon époque, c'est le Conseil communal unanime, après une vraie consultation, qui avait choisi.

Conclusion : plusieurs mois de perdus, des milliers d'euros envolés pour rien.

S'apercevant qu'il faudrait tout de même assurer une certaine cohérence entre ces deux premiers schémas directeurs, M. Gavroy décide alors de réactiver ou plutôt de relancer un projet de schéma de structure sur l'ensemble du territoire namurois.

Schéma de structure qui était en voie de finalisation avant les élections d'octobre 2000 et abandonné par la suite.

La sagesse aurait voulu que l'on vérifie d'abord la pertinence des conclusions du premier schéma de structure.

Pas question !  On refait tout parce qu'il faut introduire une dose de « développement durable », alors que par essence même, le premier schéma de structure intégrait des principes écologiques sans récupération politicienne : densification du bâti, préservation des « coulées vertes », développement en couronnes,…

Et encore quelques dizaines de milliers d'euros engloutis.

+++

Mais revenons au schéma directeur du Plateau d'Erpent.

J'ai participé à deux présentations : au Conseil communal et aux Facultés de Namur.

Que faut-il en penser ?

Chacun d'entre nous est intimement convaincu, dans sa vie quotidienne comme dans les grandes décisions collectives, de l'impérieuse nécessité de prendre en compte les dégâts causés par une consommation effrénée et tenter, autant que possible, de concevoir des projets respectueux de l'environnement et économiseurs d'énergie.

Malheureusement, le projet de schéma directeur se veut la réalisation intégriste des rêves de M. l’Echevin Gavroy.

Il a vu le "paradis" à Fribourg (Allemagne).  Il a essayé de convertir architectes et promoteurs et, en disciple appliqué, il veut importer et imposer sur quelques hectares « Fribourg » au mépris des habitants du quartier qui avaient fait le choix de s'installer sur le Plateau d'Erpent pour y construire la maison de leur vie, entourée d'un petit bout de terrain.

M. Gavroy veut imposer à la campagne une densité de population proche de la concentration du centre-ville.

Le projet ne prévoit qu'une seule voirie de communication entre Jambes et le Plateau (la Montagne St-Barbe) alors que d'autres possibilités existent à l'Est qui permettraient de liaisonner le Plateau du côté de Géronsart avec des équipements collectifs déjà implantés dans la vallée.

Pour absorber l'augmentation du trafic, la chaussée de Marche, nouvellement refaite, sera modifiée de fond en comble entre les carrefours Géronsart et Velaine et Mme l'Echevine Grandchamps promet de se pencher sur le problème de la mobilité à Jambes ! alors que les problèmes les plus urgents se situent dans la longue ligne droite qui mène à Naninne où de nombreux personnes ont malheureusement perdu la vie.

M. Gavroy promet à ses futurs adeptes tous les équipements collectifs rêvés : crèche, écoles, commerces de proximité, centre associatif, sécurité, verdure, calme, convivialité et surtout des transports en commun toutes les 10 minutes.

Mais qui va payer tout cela ?

Vous, les 100.000 autres habitants de Namur qui vous plaignez de l'état de la voirie, de l'absence d'égouttage et de trottoirs, de la saleté, de la vitesse, du manque de transports en commun, … Tout l'argent disponible sera réservé à l'édification du C.I.P (Cité Idéale du Plateau) !

Et pour tout savoir sur ces transports en commun « en continu », il faut prévenir les futurs heureux habitants qu'ils auront des surprises car les bus n'iront pas plus loin que le centre de Jambes !  Après, chacun se débrouillera !

Mais que pense le cdH de tout cela ? Muet ?  Mais où est donc le Bourgmestre, ce valeureux capitaine de ce fameux « trois mâts » qu'est la majorité ?  Aux abonnés absents ! Absent du débat, absent de Namur.

Les Namurois sont en droit d'attendre de la majorité une position claire et raisonnable, respectueuse des droits et espoirs de chacun.

Pourquoi, plutôt que de bouleverser la typologie d’un quartier existant, ne pas concevoir avec les futurs investisseurs sur les terrains publics, rendus libres, en bord de Meuse, au Port du Bon Dieu – avenue Albert 1er, des constructions (habitat et équipements collectifs) qui intégreront les dernières nouveautés en matière énergétique et en matériaux durables ?

Cet espace consacrerait le visage moderne de Namur : une entrée de ville à la hauteur de son statut de Capitale, ambitieuse et prospective.

 

Jean-Louis Close

18:15 Écrit par Jean-Louis Close dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.