27/01/2009

Déneigement à Namur - réaction à la réponse de Mme Grandchamps à un lecteur du Vers l'Avenir

Vers l’Avenir - Courrier des lecteurs de ce 24 janvier 2009

J’ai lu les multiples réactions de la population dans votre journal, mécontente des moyens limités déployés par la Ville suite aux fortes chutes de neige début de ce mois et la réponse faite par Mme Grandchamps, Echevine des Travaux, au nom du Collège.

Tous les Namurois s’accordent à dire que l’offensive de l’hiver, début janvier, a été très mal gérée et je ne vise pas bien sûr le personnel de la Ville qui a travaillé courageusement avec les moyens que le Collège lui a octroyés.

Il suffit de lire les nombreux témoignages de vos lecteurs que vous avez publiés.  Les messages du Collège et de l’Echevine responsable, Mme Grandchamps (Ecolo) – étaient sans cesse contradictoires.

Exemples parmi d’autres :

·         la Ville possède des lames de déneigement mais apparemment, d’après la presse, ne les a pas utilisées : pourquoi ? elles auraient été bien utiles dans les campagnes et sur les plateaux envahis de 10 à 20 cm de neige.

·         La Ville, d’après ce qu’elle a déclaré, avait suffisamment de sel mais n’en distribuait pas aux habitants – sauf quelques privilégiés – et n’effectuait pas de dépôt aux endroits stratégiques. 

En réalité, la Ville avait omis sciemment de se préparer à un hiver difficile en ne prévoyant pas les moyens budgétaires et était donc en rupture de stock.  L’Echevine aurait même envisagé la réquisition…

·       De nombreuses rues à forte déclivité n’ont pas été traitées.

·       Le piétonnier du centre était une véritable patinoire durant 3 jours - enfin une ! auraient pu se réjouir les amateurs de glisse après l’épisode désastreux de la patinoire écologique du Grognon d’un montant de plus de 42.000 euros-, malgré les vains appels des commerçants, disposés à répandre eux-mêmes le sel de la Ville.

·       Il paraît même que l’Echevine a commandé en urgence du sel « écolo » c’est-à-dire du sel mélangé avec du sable, de mauvaise qualité, ce qui a occasionné des dégâts aux lames disperseuses des camions.

Plus fort encore, l’Echevine Grandchamps, se rendant tout de même compte des défaillances enregistrées a, comme à son habitude chez Ecolo, reporté la faute sur d’autres.  En effet, dans vos colonnes du samedi 17 janvier dernier, un de vos lecteurs signale avoir reçu réponse de Mme Grandchamps qui lui a signalé que le plan des priorités de déneigement datait de …1999 et qu’il serait revu dès la fin des grands froids et que personnellement, elle était favorable à une priorité du traitement des abords des écoles, sous-entendant que ce n’est pas le cas actuellement (cqfd : avant c’était mauvais, MAINTENANT, avec nous, ça va aller mieux (N.B.:  troisième hiver qu’ils « dirigent » la Ville…et toujours le même refrain).

Or, dans le magazine de promotion du Collège, j’ai cité le « Namur Magazine » de décembre dernier, le plan déneigement, datant de 1999, était fièrement présenté…  Quelle incohérence !

Mais, à propos, petite devinette, qui était l’échevin responsable en 1999 ? c’était bien sûr Jacques Etienne !!!  Je ne suis pas certain que le Bourgmestre qu’il est aujourd’hui ait apprécié la sortie de sa jeune échevine… et personnellement, en tant que mayeur à l’époque, je peux vous dire que je n’apprécie pas!

jeanlouis.close@gmail.com

 

18:32 Écrit par Jean-Louis Close dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.