18/02/2009

Déneigement - réaction à la réponse de Mme Granchamps dans le Vers l'Avenir

Cette mise au point a été adressée à Vers l’Avenir en vue de sa parution dans son édition du samedi 07 février dernier mais ne l’a pas publiée, sans doute pour permettre à d’autres citoyens de s’exprimer et c’est bien normal.

Je la porte à votre connaissance en ajoutant que les services de la Voirie ne sont pas en cause.

Monsieur Philippe DETRY, éphémère mais, paraît-il, compétent échevin des voiries durant l’absence de Mme Grandchamps, reconnaissait lui-même dans une interview, que le Service Voirie ne disposait pas du personnel nécessaire pour faire face  à toutes ses obligations : à peine 10 hommes/jour.

Dans les annexes du budget 2009, apparaît le plan de recrutement de la majorité.

Sur une petite quarantaine de recrutements prévus en 2009, AUCUN ouvrier à affecter à la Voirie n’est prévu.

La majorité n’en a cure de l’état de nos voiries, elle préfère recruter des niveaux 1 ; or, c’est de bras qu’a besoin la Ville pour rencontrer les attentes des citoyens.

Tiens, qu’en est-il des promesses de Maxime Prévot (cdH) lors de la campagne de 2006 qui plaidait pour le retour des cantonniers dans nos villages ?  et nous sommes en 2009 ...

 Ci-après, la mise au point:

Mme l’Echevine des routes et moi n’allons pas tenir en haleine les Namurois durant tout l’hiver par l’intermédiaire de votre journal.  Je les rassure !

Je prends acte de sa réponse parue le 31 janvier dernier.

1.      « Je répandrais des rumeurs » à propos des défaillances dans le traitement du déneigement.

Non, Madame Grandchamps, c’est un constat. J’écoute la population, je lis la presse, je m’informe auprès des services compétents de la Ville.

Tous sont unanimes pour dénoncer les manquements.

 

 

2.      «Le plan de déneigement date de 1999.  Vous vous rendez compte, 2 législatures.  Il faut le changer. »

Pourquoi ? Nul ne le sait.  Les priorités n’ont pourtant pas changé : les abords des écoles, il me semble, restent toujours une priorité !

 

 

3.      « Je n’utilise pas les moyens démocratiques à ma disposition » c’est-à-dire la commission communale de Mme Grandchamps – dont je ne fais pas partie – et le Conseil communal.

Avant d’être un élu communal, je suis un citoyen namurois.

Je m’exprime par la voie qui me semble la plus appropriée, comme le fait Mme l’Echevine.

 

Par contre, la majorité cdH-Ecolo-MR, et particulièrement Ecolo, a substitué au débat  démocratique une politique de communication intensive et événementielle ne reposant sur aucun dossier abouti et souvent sans l’accord de tous les partenaires de la majorité ! Des exemples : la reconnaissance Unesco, oubliée ; la pré-inauguration du Grognon par Ecolo, annulée à la demande du Bourgmestre Etienne ; le Caméo, minimaliste et incomplet ; et tout dernièrement, la présentation de l’aménagement de la gare, sans l’avis de l’ensemble des conseillers communaux, représentants directs de la population, de la Commission consultative d’aménagement du territoire et de la mobilité (CCATM), des commerçants,…

Et Mme Grandchamps donne des leçons de démocratie…  

jeanlouis.close@gmail.com

18:28 Écrit par Jean-Louis Close dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.