19/03/2009

CONSEIL COMMUNAL DU 16 MARS 2009 - intervention

 

Point 39bis.2. Examen des dossiers « Urbanisme et Aménagement du Territoire » : nouvelle procédure ?

Monsieur le Bourgmestre,

Mesdames et Messieurs les Membres du Collège,

Chers Collègues,

Mesdames, Messieurs,

Du jamais vu à Namur et ailleurs !

Des investisseurs – groupés dans une association de fait – ont été invités au Collège pour exposer les graves griefs qu’ils ont à l’encontre de l’Echevin de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire.

Et le Bourgmestre-Président de conclure de cette réunion pour apaiser les esprits – que dorénavant, les décisions seraient collégiales (!!!), désavouant ainsi son premier échevin et reconnaissant explicitement qu’il n’y avait pas de transversalité au sein de cette majorité depuis son installation.

***

« Monsieur l’Echevin de l’Aménagement du Territoire, ne faites pas fuir les investisseurs.  Accueillez-les avec sérénité, pondération et correction et si vous le souhaitez, avec fermeté mais poliment ».

Cette phrase, je l’ai prononcée au nom du groupe PS le 26 mars 2007 – il y a donc 2 ans ! – lors de ma réponse à la déclaration de politique générale de la nouvelle majorité.

Et je poursuivais :

« Au 1er chapitre, l’Aménagement – vous calmez les demandeurs : on arrête tout, on balise, on réglemente et tout le reste doit rentrer dans le moule, le social comme le commerce.  Il s’agit d’un développement insoutenable ».

Depuis votre installation, Mesdames et Messieurs du Collège, je n’ai cessé, à intervalles réguliers, de tirer la sonnette d’alarme au sein de cette assemblée, dénonçant l’arrogance de l’Echevin de l’Aménagement du Territoire, la perte d’investissements importants avec pour corollaire, moins de rentrées fiscales et moins d’emplois.

Le malaise a grandi au sein du secteur de la construction malgré des démarches discrètes effectuées par ce secteur auprès de membres du Collège  et de certains ministres namurois.

En février de cette année, les notaires publiaient leurs statistiques annuelles et faisaient part de quelques particularités namuroises.

Fait exceptionnel, disaient-ils : « ils pointent à nouveau un doigt accusateur sur la Ville de Namur, réputée trop pointilleuse en matière d’urbanisme, au point d’avoir découragé des promoteurs qui ont préféré aller bâtir ailleurs ».

Il y a quelques mois, le Député Bourgmestre d’Andenne se réjouissait de voir à  la tête de Namur un bourgmestre tellement performant qu’il décourageait les investisseurs sur Namur et préféraient se réfugier à Andenne.  Il proposa même, sur un ton humoristique, que M. Gavroy devienne citoyen d’honneur de sa Ville !

Andenne apparaît-elle sinistrée en matière d’Aménagement du Territoire ?

Assurément, non !

Elle se permet même le luxe d’exposer ses projets au MIPIM alors que la Capitale wallonne  brille par son absence !

Face à la pression grandissante des promoteurs, le Collège (contre l’avis défavorable à peine voilé de l’Echevin) décide de tenter de faire redescendre la pression et de rencontrer les investisseurs mécontents.

« Un sacré coup de gueule » titrait Le Soir (04 mars 2009) et « Inédit, plus que symbolique » titrait le Vers l’Avenir (04 mars 2009) à propos de la création en association de fait des promoteurs Namurois qui rencontraient le Collège le 2 mars dernier :

Quelles sont leurs reproches, leurs réflexions à propos de la politique d’aménagement du territoire du Collège tripartite portée par M. Gavroy ? :

·        méthodes brouillonnes ;

·        manque de dialogue ;

·        mépris ;

·        contradictions entre les services et l’Echevin ;

·        pas de sécurité juridique ;

·        dépassement systématique de délais prescrits.

« Loin de faire du chantage, les promoteurs souhaitaient un nouveau dialogue » (Vers l’Avenir du 04 mars 2009).

Ont-ils obtenu satisfaction ?

De la part du Bourgmestre, oui, sans doute quand il propose d’encadrer l’Echevin de l’Urbanisme par deux « belles-mères », ce qui démontre bien, je le répète, qu’il n’y a pas de transversalité politique.

De la part de M. Gavroy, l’incompréhension et le mépris continuent :

«  Ce qui fait le lien entre tous ces gens, ce sont des dossiers spéculatifs » (Vers l’Avenir du 04 mars 2009).

« Si les autres échevins ont enfin pris conscience du problème, nous n’avons pas eu l’impression d’avoir été compris par A. Gavroy qui est tout de même buté » (La Meuse du 04 mars 2009).

« Pour l’Echevin, il s’agit d’une minorité qui veux maximaliser les projets à outrance » (La Libre Belgique du 04 mars 2009).

Sur Canal C, pour se justifier des lenteurs dans le traitement des dossiers, M. Gavroy invoque le plan de gestion et l’incapacité d’engager du personnel supplémentaire, reportant la responsabilité sur les services de l’Urbanisme.

ET M. Gavroy, ce vendredi 13 mars, par une conférence de presse - anticipant ainsi l’interpellation du Groupe PS – remet le couvert et refuse d’entendre les demandes de dialogue et respect de la part du secteur de la construction.

« Il défend sa méthode et sa politique » (Vers l’Avenir du 14 mars 2009).

« Il n’a pas apprécié de voir sa méthode de travail sérieusement remise en cause… » (Le Soir du 14 mars 2009).

Et pour appuyer son raisonnement, il proclame « moins de 5% de dossiers refusés ».

Mais bien évidemment, puisque les investisseurs se détournent de Namur !

Les notaires ont tort, les investisseurs ont tort et ne pensent qu’à spéculer.

Monsieur le Bourgmestre, contre toute attente, vous sembliez avoir repris la barre début de ce mois.

Mais, ce fut de courte durée, votre Echevin de l’Aménagement vous ridiculise à nouveau.

En réalité, nous comprenons qu’il n’y pas de nouvelle procédure, M. Gavroy restant le seul capitaine à bord !

Par son intégrisme politique, par ses propos et son attitude outranciers, il menace l’avenir et la prospérité de Namur.

« Il a démontré son incompétence en termes d’urbanisme et d’aménagement du territoire » déclarait le Groupe Liégeois  dans le Vers l’Avenir du 04 mars 2009.

 

Pour le bien des Namuroises et des Namurois, le groupe Socialiste demande à la majorité de retirer à M. Gavroy les responsabilités relatives à l’Urbanisme et l’Aménagement du Territoire.

 Commentaires:

Jacques Etienne a volé au secours de son échevin Gavroy.  Etienne/Gavroy: même combat ! Dont acte.

Quant à M. Gavroy, il a bassiné l'assemblée avec sa doctrine pendant une 1/2 heure.  Nous avons heureusement échappé à ses 3h30 de conférence de presse de vendredi dernier.

M. Gavroy persiste: il a raison, TOUS les autres ont tort !

Plutôt que de faire amende honorable, M. Gavroy en a remis une couche par ses propos méprisants.

Pauvre Namur !

jeanlouis.close@gmail.com

 

 

19:01 Écrit par Jean-Louis Close dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.