25/01/2010

ASBL PANAMA-BELVEDERE

 

Par décision unilatérale du Ministre Antoine et sans préavis, l’Asbl Panama, qui gère le Belvédère, s’est vu retirer 3 emplois APE qui représentaient une intervention annuelle de 36.000 euros.

Le Belvédère n’est pas la seule institution culturelle qui se voit menacée dans son existence même.

Pour rappel, le Belvédère qui héberge plusieurs associations est, depuis 3 ans, le lieu majeur de découverte d’expression et d’accueil de groupes de musique.

Lorsque j’étais échevin de la Citadelle, j’avais initié son installation au Belvédère.

Mme l’Echevine De Gand, malgré un avis peu enthousiaste de son collègue A. Gavroy, avait concrétisé ce projet.

Depuis lors, les concerts et initiatives musicales se sont multipliés et le Belvédère est devenu une référence en Communauté française qui lui octroie une aide.

Le Belvédère ne peut disparaître.

Dès l’annonce du Ministre Antoine, le monde culturel et certains politiques se sont mobilisés.

Le Conseil communal de ce 18 janvier fut l’occasion pour deux conseillers communaux, Mme Grovonius  et M. Dimitri Lhoste, de s’inquiéter de l’avenir du Belvédère et d’interroger le Collège sur ses intentions.

La réponse de la Majorité (cdH-Ecolo-MR) ne fut cependant pas à la hauteur de nos espérances.

M. Maxime Prévot, Echevin-Député régional et tout récemment Vice-Président du cdH, rappela son intervention auprès du Ministre cdH Antoine, responsable de la suppression des trois emplois.

Mme De Gand, Echevine de la Culture Ecolo, pour toute réponse, dit aux Conseillers communaux qu’elle était au courant de la situation et qu’elle s’en inquiétait, la preuve, elle avait écrit une lettre au Ministre-Président Demotte ainsi qu’au Ministre Antoine et elle promettait 10.000 euros à titre de subside exceptionnel.

Cette annonce avait été communiquée à la presse il y a une semaine.

Cependant, il y avait un hic et de taille.

Dans une intervention courageuse, M. l’Echevin Alain Detry (MR) nous informa que cette annonce avait été faite d’initiative personnelle par l’Echevine De Gand (ce n’est pas la première fois) et par conséquent, n’avait pas été soumise au Collège pour accord.

La majorité tripartite était de nouveau divisée et son capitaine Bourgmestre tout éberlué par tant d’audace de ses deux partenaires.

Je suis intervenu pour déplorer la faiblesse de la réponse du Collège.

A M. Prévot, Echevin-Député et Vice-Président du cdH, j’ai rappelé ses interventions malheureuses et peu courageuses auprès de la Ministre de la Culture, Fadila Lanaan, essayant de lui refiler la patate chaude alors que c’est son Ministre cdH, M. Antoine, qui porte toute la responsabilité dans ce dossier.

J’ai rappelé le tract électoral de J. Etienne et M. Prévot adressé à la jeunesse namuroise par lequel ils s’engageaient à favoriser la création d’un centre dédié à la musique alternative pour nos jeunes, promesse inscrite dans la déclaration de politique de la majorité.

Que sont devenues ces promesses électorales ?!!

Le Collège tripartite se gausse d’avoir en son sein des députés régionaux et de communauté (Mme Barzin (MR) et Prévot (cdH)) qui est aussi Vice-Président du Parti du Ministre Antoine et sa seule riposte fut l’envoi de deux lettres (dont nous n’avons pas reçu copie) !!!

J’ai déploré le manque de réactivité, d’imagination, de créativité et de dynamisme du Collège et de son  Bourgmestre en particulier.

J’ai rappelé que la défense d’un tel dossier ne se faisait pas isolément mais en rassemblant tous les acteurs concernés (associatifs et politiques) autour d’une table comme cela avait été fait pour la création de la Maison de la Poésie, du Centre de Chant choral et du FIFF.

J’ai énoncé plusieurs pistes d’action :

·         soit l’octroi de points APE par la Ville ;

·         soit, après négociation avec le Cabinet Antoine, que la Ville assume, à titre temporaire ou pour une certaine durée, l’engagement et la mise à disposition de contractuels comme cela se fait pour d’autres structures paracommunales ;

·         soit, reprenant une réflexion émise par le Conseiller Lhoste, par la mise sur pied et la défense commune d’un pôle « Musique alternative » à Namur, rassemblant tous les acteurs connus dont la Rock’s Cool  qui procure un enseignement musical à plus de 600 élèves de tous âges.

Nous ne comprenons pas qu’un Collège qui compte dans ses rangs, J. Etienne, Bourgmestre et ex-député cdH, et M. Prévot, Echevin-Député Régional et de la Communauté - Vice-Président du cdH, ne puissent obtenir satisfaction auprès d’un Ministre cdH.

Ils peuvent compter sur l’appui de la Ministre et Conseillère communale E. Tillieux, de la Députée Fédérale et Conseillère communale V. Déom, toutes deux PS.

Et je l’espère sur l’appui inconditionnel de la Vice Première Ministre, Ministre de l’Emploi et Présidente du cdH, Mme J. Milquet.

Car, rappelons-le, le Belvédère n’est pas un cas unique. Les difficultés qu’il connaît illustrent les graves menaces qui pèsent sur l’emploi de tout le secteur socio-culturel wallon.

18:50 Écrit par Jean-Louis Close dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.