20/06/2010

CONSEIL COMMUNAL DU 31 MAI 2010 - Fermeture des jardins du Mayeur

Nous avons été avertis par un communiqué de la fermeture des jardins du Mayeur à 17h30 en semaine au lieu de 19H00 mais surtout après 12H30 le samedi en raison d’ « incivilités » qui ont eu lieu.

Ainsi donc, à l’heure où la majorité veut transformer la Corbeille en un immense « espace de rencontre », voilà que l’on veut restreindre l’accès du premier d’entre eux, le plus calme, le plus agréable, fréquenté tant par les étudiants que par les habitants du quartier.

Ainsi donc alors que tout récemment encore, le Bourgmestre et Monsieur le Chef de Corps assuraient que Namur était sécurisée et sécurisante, voilà que l’on réduit l’accès à un espace au cœur des bâtiments administratifs et politiques de notre ville, au pied même des marches du Bureau de Monsieur le Bourgmestre.

Quelle gifle, quel aveu d’impuissance !

Il fut un temps – à jamais révolu semble-t-il – où jaillissaient au cœur de cet espace vert, deux fontaines qui alimentaient un bassin d’eau.

Fermées depuis belle lurette !  Pour un problème technique, vous répondra-t-on.

Il fut un temps où l’on pouvait traverser le 42 rue de Fer grâce au franchissement du hall qui donne accès aux services du Bourgmestre.

Fermées depuis belle lurette !  Pour un problème de sécurité, vous dira-t-on.

Exit le partage, l’accessibilité, la proximité du citoyen et du politique.

Il fut un temps où la liaison piétonne était assurée entre le jardin et la rue des Dames Blanches grâce à la Cour centrale et au passage arrière longeant l’école.

Le premier passage fut fermé  pour une bonne cause,  la construction de l’Espace citoyen.

On attend toujours la réouverture du second.

Eh oui ! C’était la belle époque vous diront de nombreux Namurois !

A quoi assiste-t-on aujourd’hui :

A l’abandon de ses responsabilités politiques.

A la démission de la force publique devant quelques énergumènes qui se croient en territoire de non droit, c’est-à-dire de leur droit de faire tout sans crainte de représailles.

Mesdames et Messieurs du Collège, vous avez créé les conditions de cette anarchie.

En n’utilisant pas les forces de police ou alors de façon épisodique et sur appel. Les citoyens Namurois ne voient plus leur police –à pied- quotidiennement dans les rues de Namur.

Ils n’ont plus aucun lien de proximité avec leurs agents de police. N’était-ce pas une de vos priorités ?

A l’image d’autres importants secteurs de la responsabilité communale, vous n’avez pas assuré un entretien normal et adéquat de ce jardin et de ses accès.

La fresque des Wallons, pourtant appréciée de tous et visitée par de nombreux touristes porte des traces de déprédations et de tags.

L’escalier pour y parvenir est fortement dégradé et rempli de saletés jamais nettoyées.

Les dalles de la terrasse se cassent successivement et sont remplacées par des plaques de bois qui ne sont pas semblables.

Il est vrai que le Collège préfère investir 250.000 euros dans le passage Saint-Joseph où seulement 4 carrelages sont à remplacer !

La caméra, placée sur le kiosque de sortie du parking, est en panne depuis de longues années.

Les piétons ne respectent pas les cheminements adéquats mais tracent leur propre parcours au travers des pelouses faisant disparaître celles-ci.

Le seul gardien permanent de ce paisible jardin est ce cycliste égaré du Tour de France qui regarde un mur aveugle et protégé par un cordon de plastique de chantier rouge et blanc fixé sur des fers à béton.

Quelle élégance, quelle esthétique !!!

Et pour couronner le tout, NAMUR CAPITALE possède le plus laid, le plus sale, le plus obscur des parkings publics de Wallonie dont l’accès par le jardin représente le sommet de la pauvreté artistique et de l’agressivité psychologique par ses tags dégoulinants.  On y respire dès le matin des relents de fumette, d’urine et le sous-sol est jonché de détritus.  Sans compter un affichage sauvage par la Ville elle-même sur les espaces vitrés.

La  majorité précédente avait pourtant programmé sa remise à neuf, programme rapidement enterré par la nouvelle majorité en même temps que la Régie Urbaine de l’Equipement (R.U.E.) qui devait financer le projet.

Et ne parlons pas des bancs abîmés, griffés, maltraités qui n’ont pas connu le moindre pinceau depuis de nombreuses années.

Le DURABLE, Mesdames et Messieurs les Bourgmestre et Echevins, c’est aussi assurer la durabilité de ce qui existe, d’entretenir les biens publics au lieu de rêver d’accrocher votre nom – bien vite oublié – sur n’importe quelle réalisation.

Le DURABLE, Mesdames et Messieurs les Bourgmestre et Echevins, est d’assurer la sécurité et la tranquillité sur tout le territoire de la ville et pas seulement là où vous vivez ou travaillez.

La sécurité dans les lieux publics est l’affaire des forces de police et non des gardiens de l’Hôtel de Ville qui n’ont pas l’autorité pour mettre fin à ces incivilités.

Et en fermant ce lieu symbolique, vous ne faites que déplacer le problème vers d’autres lieux.

Le Groupe PS demande la réouverture des jardins.  Il réclame le retour d’une présence quotidienne de nos policiers en ville avec une attention particulière aux endroits les plus sensibles.

Le Groupe PS demande la réhabilitation du parking de l’Hôtel de ville y compris de tous ses accès.

Et en ce qui concerne plus spécifiquement les problèmes de drogues et d’alcool, ne nous voilons pas la face, ils existent et pour les résoudre, il ne suffit pas de déplacer ces problèmes.  Nos enfants sont en danger.  Agissons par de la prévention.  Rappelons, si ce n’est fait, aux directions des établissements scolaires la nécessité d’informer leurs élèves des risques encourus par la drogue, la police étant à leur disposition sans compter les associations s’occupant de ces assuétudes.

 Jean-Louis CLOSE

11:27 Écrit par Jean-Louis Close dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.