27/12/2010

HALTE AU MEPRIS A L’EGARD DES NAMUROIS !

Ce 22 décembre, je n’ai pu m’empêcher de réagir à l’incurie du Bourgmestre et de son Collège face aux événements climatiques difficiles que nous connaissons tous dont vous trouverez le texte ci-dessous.

A plusieurs reprises, des membres du Collège - et le Bourgmestre en tête, ont reproché à des habitants de la périphérie le choix de leur lieu de vie : « Vous avez choisi de vivre loin du centre, à vous d’en supporter les inconvénients.

Ces reproches du Bourgmestre et du Collège constituent leur seule réponse à des habitants de la périphérie, inquiets des conditions climatiques difficiles que nous connaissons actuellement.

Les dernières déclarations , parues dans l’Avenir, de membres de la majorité ou associés sont éloquentes :

 Jacques Etienne : «  Certains ont choisi d’habiter en des endroits reculés et difficiles d’accès. Ils doivent assumer ». « La Ville ne doit pas pallier à l’égoïsme des gens, le manque de solidarité de voisins ou des familles pour aider des personnes isolées par la neige ».

Philippe Detry : « Pourquoi toujours vouloir le risque zéro ? Laissons les enfants glisser et se casser la figure dans la cour de récréation, cela fait partie de leur éducation ».

Anne Humblet : « Il faut rappeler aux commerçants, et particulièrement aux gérants des grandes chaînes, que c’est à eux qu’il incombe de déblayer leurs trottoirs ».   

Nous reconnaissons que la Ville ne peut répondre immédiatement à tous les appels de détresse.

Mais la moindre des choses est de rester poli et tout d’abord de s’excuser et de dialoguer.

Puis-je rappeler à nos responsables communaux que le Grand Namur résulte de la fusion des communes dont les habitants ont autant de droits et de devoirs que tous les citoyens namurois et qu’ils sont en droit d’attendre du pouvoir communal le même respect.

Que Temploux, Wépion, Loyers, Wierde, Naninne, Belgrade, Dave ou Malonne sont des lieux de vie qui existent, pour certains, depuis aussi longtemps si pas plus que Jambes, La Plante ou Namur.

De nombreux membres du personnel communal sont mobilisés jours et nuits pour répondre aux multiples demandes et nous les en remercions.

Mais je ne crois pas que tous les services soient concernés et mobilisés de la même manière.

La Ville de Namur compte plus de 250 ouvriers.

Il appartient au Collège de les mobiliser tous au service des citoyens.

Aucun arrêt de bus n’est dégagé, les cours et les accès des écoles ne sont pas traités, les rues commerçantes ne sont pas nettoyées alors que nos commerces ont déjà énormément souffert des multiples travaux et du week-end de neige à la veille de Noël.

Depuis cette dernière vague d'intempéries, beaucoup de nos rues n’ont toujours pas vu le passage des services de la Ville, etc…

E t pendant ce temps, selon l’article paru dans la Meuse, la Ville fait dégager l’église St Loup – fermée – et le Musée Rops – déserté par les touristes !!! 

Enfin, comble de mépris, dans un communiqué,  l’Echevin Prévot – Vice-Président cdH  prêche la fraternité et la solidarité entre voisins comme si elle n’existait pas naturellement et tout cela pour cacher  l’incompétence du Collège.

C’est profondément regrettable et préjudiciable à la cohésion sociale.

On attend autre chose du Collège que du mépris!

Ce n’est pas digne d’une Ville qui devrait faire honneur à son statut de Capitale.

 

Ce 27 décembre,  le cabinet du Bourgmestre m’informe que la personne interrogée et qui dégageait  l’église St Loup et le Musée Rops ne fait pas partie des services de la Ville ! Peut-être faudrait-il envisager de l’engager pour pallier l’absence d’agents communaux dans les rues de notre ville et de nos villages.

Depuis quatre jours, aucune initiative n’a été prise par la Ville, peut-être quelques mesurettes tardives  qui n’ont eu aucune influence véritable sur le quotidien de citoyens bloqués depuis plusieurs jours.

A  ce propos, je voudrais  remercier également tous les fermiers qui se sont mis spontanément à la disposition des automobilistes en perdition dans les nombreuses congères et  les chemins aux ornières verglacées.

J’espère que le Bourgmestre anticipe un probable dégel qui risque de se révéler catastrophique.

20:50 Écrit par Jean-Louis Close | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.