29/02/2012

Mascarade et mauvais vaudeville

Lettre aux Namurois
A propos du départ de Jacques Etienne
Mascarade et mauvais vaudeville
Ainsi doit-on qualifier la mise en scène orchestrée par le cdH pour annoncer le départ de Jacques Etienne et l'arrivée de Maxime Prévot au poste de Bourgmestre pour 8 mois à peine.
Mise en scène indigne de la Capitale wallonne.
Car tout cela relève de la petite politique et des arrangements entre "amis", pratiques tant dénoncées par le cdH au nom de l'éthique!!!
Dès le mois de juillet 2011, J. Etienne, prétextant une grande fatigue, était déjà poussé dehors par son Parti en raison de ses multiples incartades.
Il annonçait donc qu'il ne briguerait plus la fonction de Bourgmestre permettant ainsi à M. Prévot, piaffant vainement après un poste ministériel, de sauver la face en annonçant qu'il se préparait à occuper la tête de liste cdH au niveau communal.
Déjà à l'époque, je me suis étonné - avec Pierre Dulieu de Confluent - que Jacques Etienne ne cède pas immédiatement son poste démontrant une réelle volonté de renouveau et ne laissant pas Namur un an de plus sans Bourgmestre effectif.
Mais Jacques Etienne n'était pas prêt à rendre les armes sans compensation . Son Président qui a "besoin d'un homme tel que lui en Wallonie"(sic), lui a donc "offert", en échange d'un départ rapide, deux strapontins.
Pauvre Wallonie! Après avoir laissé à quai durant 5 ans le Trois Mâts de la tripartite communale, voilà que Jacques Etienne change de moyen de transport pour s'occuper des transports aériens wallons et du transport ferroviaire fédéral, lui qui incarne l'immobilisme...
Enfin, il "devrait" accéder à ces deux mandats car sa désignation à la SOWAER a été reportée au Gouvernement wallon et le mandat à la SNCB holding pourrait lui échapper dans 6 mois au plus tard suite à la réorganisation en profondeur du groupe SNCB !
Qu'importe pour lui, il est décidé "à faire avancer l'occupation de la dalle supérieure de la gare ferroviaire par la gare des bus" (sic!).
Projet dévastateur pour tout Namur en termes urbanistique et de mobilité, payé par la Région Wallonne contrairement aux gares de Liège et Mons totalement payées par le Fédéral.
Puis-je lui suggérer, en priorité, de soutenir la place centrale de Namur, des liaisons modernisées sur la dorsale wallonne et luxembourgeoise et d'exiger le maintien des activités sur les sites de Ronet et de Salzinnes.
XXX
Quant à son bilan de Bourgmestre, je n'en dirai rien puisqu'il n'y en a pas, la presse unanime l'a suffisamment mis en exergue.
XXX
Il a usurpé sa fonction en manipulant l'information et en s'attaquant systématiquement aux hommes tout au long de son mandat, ridiculisant sa fonction, piétinant tout respect.
Le seul mérite dont ses amis cdH le parent, c'est d'avoir rendu sa dignité à Namur!
En quoi Namur avait-elle perdu sa dignité?
Ah oui, par une campagne électorale diffamatoire et mensongère, orchestrée par Jacques Etienne et Arnaud Gavroy.
Belle alternance démocratique nécessaire comme ils aiment à le dire alors que la seule ambition du cdH et d'Ecolo, avides de pouvoir, était de chasser les socialistes - plus de 30% de l'électorat - de l'Hôtel de Ville.
En quoi Jacques Etienne a-t-il rendu Namur plus digne alors que ses premières paroles de nouveau Bourgmestre furent de traiter le personnel communal de fainéants et d'alcooliques, appelant à la délation et, tout au long de son mandat d' intimider et menacer ses adversaires et les quelques journalistes courageux qui dénonçaient ses comportements grossiers et humiliants.
Jacques Etienne est arrivé au pouvoir par effraction, il le quitte précipitamment, fuyant la sanction de son bilan.
XXX
Quant à Maxime Prévot, je m'interroge sur la réelle volonté du cdH d'en faire un leader.
En effet, la seule carte que lui impose de jouer son Parti est de tenter de maintenir le cdH à la tête d'une tripartite bancale et sans âme alors que ses jeunes années l'ont déjà vu perdre la direction politique du cdH, poste éminemment influent, la Vice-Présidence du Parti et tout espoir d'un poste ministériel.
Il annonce déjà qu'il cumulerait la fonction de Bourgmestre avec celle de Député wallon, ce qui ne reflète pas un engagement total pour sa Ville.
Namur "va enfin décoller", clame-t-il partout.
Mais pourquoi cela ne s'est-il pas produit? N'est-il pas déjà Echevin et Député Wallon ?
Jacques Etienne et la tripartite auraient-ils failli?
Quelle est cette communication ambiguë où il s'affiche à la fois chrétien et laïc?
Pourquoi donc cette jeune tête ambitieuse reprend-elle à son compte les recettes éculées de son futur prédécesseur, rappelant "les affaires" qui auraient rabaissé Namur au rang de Charleroi?
Oublie-t-il que le plus haut responsable administratif de la Ville est également visé avec d'autres fonctionnaires dévoués au service de la Ville?
Que fait-il de la présomption d'innocence?
Pourquoi donc dès l'entame de son éphémère mandat, cherche-t-il à diviser le Conseil communal?
Pourquoi tant de mépris à l'encontre des socialistes "dont on n'a pas besoin"(sic). En est-il si sûr ? N'est-ce pas puéril d'écarter d'emblée un possible partenaire?
XXX
J'imaginais une autre entrée en scène.
D'abord, le respect de toutes les composantes du Conseil communal, c'est-à-dire de tous les citoyens namurois et non cette annonce de succession en catimini réservée d'abord à quelques journalistes triés sur le volet, ensuite à ses amis cdH après le Conseil communal, puis aux Echevins des autres formations et enfin via la presse à tous les conseillers communaux et à la population.
Namur ne mérite-t-elle pas plus de clarté, plus de transparence?
Pourquoi donc tant de hâte à convoquer un Conseil Communal spécial de passation de pouvoir ? Ne pouvait-il attendre le Conseil Communal ordinaire plutôt que de se livrer à nouveau à un show politicien aux frais du contribuable namurois qui n'en a cure ?
La future politique de Mr Prevot se résumera-t-elle - comme il l'a déjà pratiquée - à de la communication, aux effets d'annonce?
J'avais rêvé pour Namur d'une réelle rupture portée par une nouvelle génération et non d'un autoritarisme dépassé, porté par un jeune à l'esprit déjà formaté, engoncé dans un centrisme stérile.
J'avais rêvé pour Namur d'un discours rassembleur, attribuant à chacun sa part de tâches à accomplir pour le bien de tous nos concitoyens et la prospérité de Namur.
Eh bien, il nous faudra encore attendre.
Mais l'échéance est proche, très proche.
Aux Namuroises et Namurois de décider de leur avenir. 

18:37 Écrit par Jean-Louis Close | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.